Revenir à la page d´acceuil
Observatory
On infringements of intellectual property rights

Promouvoir et renforcer la valeur de la propriété intellectuelle

Menu

FAQ sur le droit d’auteur pour les consommateurs

FAQ sur le droit d’auteur pour les consommateurs

La foire aux questions (FAQ) sur le droit d’auteur pour les consommateurs aide à informer tous les consommateurs européens sur ce qui est légal et ce qui ne l’est pas en ce qui concerne l’utilisation de contenus protégés par le droit d’auteur sur l’internet, tels que la musique ou les films.

Dans le prolongement de cette initiative réussie, la FAQ sur le droit d’auteur pour les enseignants fournira aux enseignants et aux étudiants de l’UE des informations claires et précises sur le type d’usage de contenus protégés par le droit d’auteur qui est autorisé dans le contexte de l’éducation.

Quinze questions de consommateurs sur le droit d’auteur pour tous les États membres de l’UE

Les réponses fournies dans la FAQ valent pour tous les États membres de l’Union européenne. Elles sont disponibles en anglais et dans au moins une des langues officielles de l’État membre concerné.

Comment le droit d’auteur affecte-t-il votre vie quotidienne?

 
Publiez-vous sur les réseaux sociaux?
Ajoutez-vous des articles à votre blog?
Pratiquez-vous la diffusion en continu de manière légale?
Qui est le titulaire de votre travail lorsque vous le téléchargez en amont sur une plateforme?
Vous citez un livre célèbre en ligne? Comment?
 
 
 

Cliquez sur un pays de la carte ou sélectionnez un pays de la liste pour afficher les réponses de ce pays:

 

Affichage des réponses pour le pays: Belgique Lire en: Français | Nederlands | English .

 

1. Qu’est-ce que signifient et couvrent les termes droit d’auteur et droits voisins et est-ce que ceci vaut pour le monde entier?

2. À qui appartient le droit d’auteur et dans quelle mesure le système du droit d’auteur bénéficie-t-il aux créateurs, ayants droits, consommateurs ; à la société, à l’économie et à la culture en général?

3. Puis-je obtenir automatiquement la protection du droit d’auteur, si, par exemple, je prends une photographie avec mon téléphone ou dois-je enregistrer mon œuvre pour être protégé?

4. Qu’est-ce qu’une atteinte au droit d’auteur (contrefaçon et piraterie)? Puis-je être inquiété pour une atteinte au droit d’auteur? Qu’en est-il si je n’avais pas connaissance que je portais atteinte à quelque chose qui reçoit la protection du droit d’auteur?

5. À quelles conditions puis-je utiliser une œuvre créée par quelqu’un d’autre et protégée par le droit d’auteur? On m’a dit que l’utilisation des œuvres était simplement une citation et, est, par conséquent, toujours autorisée.

6. Suis-je autorisé à utiliser une musique protégée par le droit d’auteur pour réaliser la bande sonore d’une vidéo personnelle que j’ai faite et que je veux mettre à disposition sur une plateforme vidéo?

7. Suis-je autorisé à donner une copie d’une œuvre protégée à un membre de ma famille ou à un ami?

8. Suis-je autorisé à télécharger une œuvre protégée par le droit d’auteur à partir d’internet et le choix de la technologie utilisée ou le fait que je télécharge seulement des parties de l’œuvre ont-ils une influence sur la réponse?

9. J’ai essayé de copier un film depuis un DVD sur mon ordinateur mais je n’ai pas pu réaliser l’opération à cause de «Mesures techniques de protection». Qu’est-ce que cette expression recouvre et puis-je contourner ces mesures pour faire des copies privées?

10. Qu’entend-t-on par redevances de droit d’auteur?

11. Est-ce que je commets un acte de contrefaçon si je regarde un film par voie de streaming au lieu de le télécharger depuis internet?

12. Si des œuvres protégées par le droit d’auteur sont automatiquement incluses dans mes messages par la plateforme de réseaux sociaux, suis-je responsable de cela et est-ce que cela constitue une atteinte au droit d’auteur (contrefaçon). Qu’en est-il si je fais un lien vers ces œuvres ou que je les incorpore dans mon site internet ou sur mon blog?

13. Quand je créé une œuvre et que je la mets à disposition en ligne, les conditions générales d’utilisation de plusieurs sites me demandent de transférer mes droits d’auteur au site. Est-ce que cela signifie que je perds tous mes droits pour le futur?

14. Mon avatar est réalisé à partir de ma star de cinéma favorite, un personnage de bande dessinée ou des emblèmes d’un club sportif. Puis-je être inquiété au titre d’une atteinte au droit d’auteur ou d’une autre législation en raison de cela?

15. Comment puis-je savoir si une œuvre est offerte en ligne légalement ou illégalement?


 

 

1. Qu’est-ce que signifient et couvrent les termes droit d’auteur et droits voisins et est-ce que ceci vaut pour le monde entier?

Comme dans d’autres pays d’Europe continentale, le droit d’auteur vise principalement à garantir une rémunération appropriée aux créateurs d’œuvres originales afin de promouvoir la création et la dissémination de leurs œuvres. Les droits moraux permettent aux auteurs d’être reconnus comme créateurs et garantissent que leurs œuvres ne peuvent pas être modifiées ou altérées sans leur autorisation. En complément au droit d’auteur, les droits voisins confèrent certaines prérogatives aux artistes-interprètes et aux producteurs, en particulier dans les secteurs de la musique et de l’audiovisuel, ainsi qu’aux radiodiffuseurs. Le droit d’auteur en Belgique est comparable à beaucoup d’autres systèmes de droit d’auteur connus en Europe à cause d’un haut degré d’harmonisation législative.

 

2. À qui appartient le droit d’auteur et dans quelle mesure le système du droit d’auteur bénéficie-t-il aux créateurs, ayants droits, consommateurs ; à la société, à l’économie et à la culture en général?

Les auteurs, à savoir les personnes créatrices, sont les titulaires originaires des droits d’auteur. Les producteurs et les éditeurs ne peuvent détenir les droits économiques de l’auteur que par l’effet d’un contrat de cession. Parfois, la loi présume que les droits économiques sont transférés. Par exemple, les droits des collaborateurs à une œuvre audiovisuelle sont en principe transférés au producteur; le même mécanisme s’applique aux droits des développeurs de logiciels et aux créateurs de bases de données qui sont en principe transférés par l’effet de la loi aux employeurs. Pour les autres œuvres créées dans le cadre d’un contrat d’emploi ou de commande, les droits économiques appartiennent au créateur sauf si le contrat d’emploi ou de commande prévoit expressément la cession des droits au profit de l’employeur ou du donneur d’ordre. Les consommateurs bénéficient de la création d’œuvres dont ils jouissent parfois en contrepartie d’un paiement, parfois gratuitement (par application d’une exception aux droits exclusifs de l’auteur). La société, l’économie et la culture tirent en principe profit du droit d’auteur qui encourage davantage de personnes, en particulier des auteurs et producteurs, à s’engager dans des carrières créatives et à investir dans des industries et activités créatives.

 

3. Puis-je obtenir automatiquement la protection du droit d’auteur, si, par exemple, je prends une photographie avec mon téléphone ou dois-je enregistrer mon œuvre pour être protégé?

Oui, le créateur d’une œuvre originale jouit automatiquement de la protection du droit d’auteur. Ainsi, un utilisateur de téléphone mobile jouit des droits sur les photographies qu’il a prises. Aucun enregistrement n’est exigé, mais afin d’établir la date de création, il est conseillé dans certains cas de faire un dépôt (par exemple auprès de l’Office Benelux de la Propriété intellectuelle). Les idées et concepts ne sont pas protégés par le droit d’auteur (ou n’importe quel droit de propriété intellectuelle) et la création doit donc avoir atteint un certain degré de mise en forme pour être protégée.

 

4. Qu’est-ce qu’une atteinte au droit d’auteur (contrefaçon et piraterie)? Puis-je être inquiété pour une atteinte au droit d’auteur? Qu’en est-il si je n’avais pas connaissance que je portais atteinte à quelque chose qui reçoit la protection du droit d’auteur?

Il y a atteinte au droit d’auteur si quelqu’un reproduit, communique au public ou adapte (et dissémine) une œuvre protégée sans autorisation. (Il faut toutefois tenir compte des exceptions aux droits économiques, autorisant par exemple de citer une œuvre, de faire une copie privée ou d’utiliser l’œuvre dans un but éducatif.) Pour qu’un tribunal impose une sanction civile (p. ex. un ordre de cessation ou des dommages-intérêts), le titulaire du droit d’auteur ne doit pas prouver que le contrefacteur présumé avait connaissance du caractère illicite de son acte. Des poursuites pénales pouvant aboutir à des amendes et peines d’emprisonnement ne sont initiées que pour les atteintes plus graves commises avec une intention malicieuse ou frauduleuse, à grande échelle et à des fins commerciales. Par conséquent, seule l’application de sanctions civiles sera discutée dans la plupart des affaires en justice impliquant des usagers en ligne à partir du moment où ils ne visent pas à faire des affaires en utilisant l’œuvre protégée.

 

5. À quelles conditions puis-je utiliser une œuvre créée par quelqu’un d’autre et protégée par le droit d’auteur? On m’a dit que l’utilisation des œuvres était simplement une citation et, est, par conséquent, toujours autorisée.

Une œuvre protégée peut être utilisée si le titulaire du droit l’autorise. Les conditions d’usage (par exemple, lorsqu’on accède à une plateforme en ligne) peuvent autoriser l’usage d’une œuvre protégée présente sur le site. Les auteurs des nombreuses œuvres personnelles mises en ligne, par exemple des selfies sur des réseaux sociaux, visent habituellement à maximiser leur dissémination. Dans ces circonstances, la plupart des réutilisations de contenus en ligne par des utilisateurs finaux ne débouchent pas sur des actions pour atteinte au droit d’auteur, tout spécialement si l’utilisateur final indique la source (le nom de l’auteur).

Les conditions du droit de la citation, y compris les conditions qui prévoient que i) la citation soit faite dans un but de critique, de polémique, de revue, d’enseignement ou dans des travaux scientifiques et que ii) la citation soit justifiée par le but poursuivi, sont difficiles à évaluer et à réunir.

 

6. Suis-je autorisé à utiliser une musique protégée par le droit d’auteur pour réaliser la bande sonore d’une vidéo personnelle que j’ai faite et que je veux mettre à disposition sur une plateforme vidéo?

Le droit d’auteur belge n’autorise pas un usager d’associer une bande sonore protégée à une vidéo qu’il a réalisée et de la mettre sur une plateforme en ligne, sauf en cas d’autorisation par la société de gestion collective compétente en matière de musique (SABAM) et par celle représentant les producteurs de musique (SIMIM).

 

7. Suis-je autorisé à donner une copie d’une œuvre protégée à un membre de ma famille ou à un ami?

Un utilisateur final peut réaliser une copie à domicile et l’utiliser pour son propre usage personnel et non commercial – ou remettre la copie à un autre membre du cercle de famille. L’exception pour copie privée ne s’applique pas lorsque la copie est remise à un ami (sauf si l’ami est proche, par exemple s’il/elle habite avec la famille).

 

8. Suis-je autorisé à télécharger une œuvre protégée par le droit d’auteur à partir d’internet et le choix de la technologie utilisée ou le fait que je télécharge seulement des parties de l’œuvre ont-ils une influence sur la réponse?

Un utilisateur final est autorisé à télécharger une œuvre protégée à partir de l’internet pour son usage privé (non commercial) ou pour l’usage dans le cercle de famille et si la source n’est pas illicite. La technologie utilisée et le dispositif sur lequel la copie est faite ne sont pas pertinents pour savoir si c’est autorisé (ou non), à condition que la copie privée soit réalisée dans le cercle de famille et que la source utilisée soit licite. A fortiori, télécharger certaines parties d’une œuvre peut être exempté par application de l’exception de copie privée.

 

9. J’ai essayé de copier un film depuis un DVD sur mon ordinateur mais je n’ai pas pu réaliser l’opération à cause de «Mesures techniques de protection». Qu’est-ce que cette expression recouvre et puis-je contourner ces mesures pour faire des copies privées?

Le mesures techniques de protection (MTP) couvrent tous les dispositifs et composants, y compris les logiciels, qui visent à restreindre les actions que les usagers finaux peuvent accomplir sur un fichier contenant des éléments protégés par le droit d’auteur. Un utilisateur final n’est pas autorisé à contourner ces MTP afin de faire des copies privées, mais la jouissance des autres exceptions, telles que celles pour les institutions éducatives et sociales (par ex. les bibliothèques), doivent être garanties par les titulaires de droits (par exemple à travers un accord avec les bibliothèques).

 

10. Qu’entend-t-on par redevances de droit d’auteur?

Les systèmes de redevances de droit d’auteur existent pour compenser les auteurs et les autres ayants droit pour le préjudice causé par les usages autorisés, par exemple les copies privées que les usagers peuvent faire dans le cercle de famille.

 

11. Est-ce que je commets un acte de contrefaçon si je regarde un film par voie de streaming au lieu de le télécharger depuis internet?

Lorsqu’un utilisateur final écoute une chanson ou regarde un film en streaming, l’utilisateur final ne porte a priori pas atteinte au droit de reproduction parce que les copies faites par le dispositif qu’il/elle utilise pour accéder à l’œuvre sont très probablement autorisées par la loi.

 

12. Si des œuvres protégées par le droit d’auteur sont automatiquement incluses dans mes messages par la plateforme de réseaux sociaux, suis-je responsable de cela et est-ce que cela constitue une atteinte au droit d’auteur (contrefaçon). Qu’en est-il si je fais un lien vers ces œuvres ou que je les incorpore dans mon site internet ou sur mon blog?

Un consommateur ne peut être tenu responsable pour un téléchargement résultant d’un processus automatisé qu’il n’active pas sur la plateforme du réseau social. Établir un simple lien de surface vers une source licite qui est accessible en ligne (pas de protection technique) est permis. L’embedding en principe implique une forme de reproduction et/ou de communication au public qui doit être autorisée.

 

13. Quand je créé une œuvre et que je la mets à disposition en ligne, les conditions générales d’utilisation de plusieurs sites me demandent de transférer mes droits d’auteur au site. Est-ce que cela signifie que je perds tous mes droits pour le futur?

Un consommateur-créateur donne souvent une licence à la plateforme sur laquelle il/elle télécharge le contenu protégé qu’il/elle a créé. Toutefois, ce consommateur-créateur conserve le droit moral d’être reconnu(e) comme l’auteur de l’œuvre et de s’opposer à toute modification ou altération de l’œuvre lui portant préjudice. La plupart des plateformes numériques prévoient que le consommateur-créateur concède une licence «mondiale, non exclusive, gratuite, pour toute la durée de protection». Les termes de ces licences sont discutables et peuvent être tenus pour abusifs, en particulier si le contenu n’est pas transférable.

 

14. Mon avatar est réalisé à partir de ma star de cinéma favorite, un personnage de bande dessinée ou des emblèmes d’un club sportif. Puis-je être inquiété au titre d’une atteinte au droit d’auteur ou d’une autre législation en raison de cela?

L’usage de l’image d’un acteur de cinéma ou d’un personnage de bande dessinée peut poser des problèmes juridiques dans la mesure où ces éléments peuvent être protégés par le droit d’auteur (ou, dans le cas de l’image d’un acteur, par le droit à l’image). En pratique, les titulaires de ces droits ne vont pas souvent s’opposer à ces usages et peuvent même encourager la publicité faite autour de ces réutilisations (si ces dernières ne ternissent pas l’image de l’acteur ou du personnage ou ne portent pas atteinte à cette image).

 

15. Comment puis-je savoir si une œuvre est offerte en ligne légalement ou illégalement?

Il n’y a pas de réponse simple à la question de savoir si une œuvre est proposée de manière licite ou non. Les sites offrant des œuvres de manière licite peuvent parfois être identifiés à partir de leur nom de domaine, de la présentation du site, des marques utilisées, de l’échelle des prix proposés, d’indications que les auteurs ont été rémunérés et sponsorisent le site, etc. Certains sites (officiels ou privés) recensent aussi l’offre licite en ligne. Ainsi, le site http://www.pro-music.org/ offre une liste de sources licites de musique en ligne. Le site https://www.belgianentertainment.be/en/findentertainment offre une liste de sources licites pour la musique, les vidéos, les jeux et les livres numériques.

 

 

 

Back to Top

Clause de non-responsabilité

Les réponses à la foire aux questions ont été finalisées à la date indiquée comme étant la date de statut sur le site web. La collecte d’informations actualisées de 27 États membres constitue un exercice de grande envergure. En effet, bien que l'EUIPO s'efforce de maintenir ces informations à jour, une nouvelle jurisprudence ou des réformes législatives peuvent avoir une incidence sur le contenu de la FAQ. Ni l’EUIPO ni aucune autre personne agissant au nom de l’EUIPO ne sont responsables de l’usage qui pourrait être fait de la FAQ.

Nous utilisons des cookies sur notre site web afin de consolider des fonctionnalités techniques facilitant son utilisation. Nous utilisons aussi l’analyse. Cliquez pour obtenir plus d’informations