Revenir à la page d´acceuil
EUIPO
Protégez vos marques, dessins et modèles dans l´Union européenne

Protéger votre propriété intellectuelle dans l´Union européenne

Menu

Lauréat du prix «Réalisations de toute une vie»

Hartmut Esslinger

Regardez la vidéo

Les premières années

Né en 1944 dans le petit village de Beuren, dans la région de la Forêt-Noire de Bade-Wurtemberg, en Allemagne, Hartmut Esslinger a transformé le design industriel tout au long de sa carrière.

Après avoir achevé son service militaire, il quitte la Hochschule für Gestaltung in Schwäbish Gmund en 1970. Un an plus tôt, il avait créé sa propre société de design, entamant un voyage qui se poursuivrait pendant des décennies.

H. Esslinger s’est rapidement fait connaître à la suite de travaux pour des clients importants comme la firme de produits électroniques Wega. Il a créé pour cette société la chaîne hi-fi Wega System 3000 et le Wega Concept 51k, entre autres produits.

Lorsque Wega a été reprise par le fabricant de produits électroniques Sony, H. Esslinger a continué d’innover dans le design, sa société créant plus de 100 produits, dont la boîte noire Sony Trinitron, qui a supprimé le bois de la structure du téléviseur pour la première fois, et le Walkman de Sony.

Apple et Snow White

En 1982, H. Esslinger et la société qu’il a fondée, Frog Design, conclut un contrat exclusif avec Apple Computers en vue de définir une stratégie de design pour la société. Dès le début, H. Esslinger traite directement avec Steve Jobs, avec qui il a rapidement établi un bon contact.

«Lorsque je lui ai demandé quelles étaient ses plus grandes ambitions», se rappelle H. Esslinger, «il a simplement souri et répondu: “d’abord, je veux vendre un million de Macs. Ensuite, je veux qu’Apple devienne la plus grande entreprise sur terre”. Étrangement, nous considérions tous deux que ces objectifs étaient parfaitement réalisables».

Le style de design créé par Esslinger a distingué Apple de ses concurrents. Surnommés «Snow White», les prototypes qu’il a créés se sont caractérisés par une finition blanc cassé qui a distingué les produits d’Apple dans les premières années. Ils portaient le logo Apple en trois dimensions, coupé au diamant dans un souci de précision. Les lignes de l’ensemble des produits étaient fines et claires, des bandes horizontales et verticales sur les boîtiers donnant aux éléments une impression de taille et de volume réduits. Il s’agissait d’une révolution du design.

Snow White a été commercialisé pour la première fois avec le système Apple IIc et a immédiatement représenté un succès commercial majeur. Le design a été nommé «Design de l’année » par le Time Magazine et a été admis dans la collection permanente du Whitney Museum of Art.

Cela a été un triomphe pour Esslinger. «Le projet représentait également un tournant dans ma vie», a-t-il indiqué des années plus tard, «me donnant l’occasion d’appliquer tout ce que j’avais appris jusqu’alors sur le design industriel dans mon travail auprès des meilleurs esprits au sein des directions d’entreprise dans toute l’Europe et au Japon».

Développement de frog design

Après le retrait de Steve Jobs d’Apple dans le milieu des années 1980, H. Esslinger s’est associé à lui pour travailler sur le design du Next Cube. Il a développé entre-temps frog design, qu’il dirigeait avec sa femme, Patricia Roller, grâce à un nombre élevé de nouveaux clients et projets de grand retentissement.

Leur société a pris de plus en plus d’ampleur, se chargeant de projets de plus en plus complexes à l’interface entre design et technologie. H. Esslinger et frog ont redéfini le design du terminal de Lufthansa de l’aéroport de Francfort et repensé l’interface graphique de SAP, le logiciel de gestion d’entreprise le plus important au monde.

Des contrats conclus notamment avec Disney, Microsoft et Karstadt ont consolidé la réputation de frog comme l’un des studios de design industriel de premier plan à l’échelle mondiale. L’homme que la Silicon Valley appelait «cet allemand» était désormais devenu une figure du design international, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des cercles du design. Sa notoriété s’était renforcée; en 1990, H. Esslinger faisait la couverture du magazine Business Week aux États-Unis, sous le titre «Rebel With A Cause».

En 2005, frog design étant fermement consolidée comme acteur important du secteur, sa femme et lui vendirent une participation majoritaire dans la société à Flextronics, doublant le chiffre d’affaires en deux ans. En 2007, KKR et Sequoia Capital acquirent davantage d’actions dans frog et, en 2017, Altran en acquit la pleine propriété. Outre frog, H. Esslinger s’est également consacré à l’enseignement. En 1989, il a cofondé la Hochschule für Gestaltung, à Karlsruhe. De 2005 à 2011, il a exercé les fonctions de professeur de Convergent Design à l’Université des arts appliqués de Vienne, avant de se rendre en Chine et d’organiser des master class de design stratégique à l’Académie De Tao et à l’École des arts visuels de Shanghai de l’université Fudan de Shanghai.

Il s’est également adonné à l’écriture et a écrit plusieurs livres qui étudient le design depuis son point de vue personnel et professionnel.

La forme suit l’émotion

H. Esslinger a élaboré la théorie de «la forme suit l’émotion» comme principe directeur de son travail, en contrepoint direct du principe de «la forme suit la fonction» du design moderniste. Cette orientation, ainsi que sa conviction selon laquelle le design doit constituer un élément stratégique fondamental dans toute entreprise, lui ont permis d’exercer une puissante influence dans le design industriel moderne.

Il demeure, après cinq décennies d’activité professionnelle, l’un des designers industriels les plus influents au monde et une référence dans ce domaine.

 
 

GALERIE

Toutes les images © Hartmut Esslinger & frog design

Info icon Les images figurant sur cette page ont été fournies par les finalistes uniquement à des fins de communication. Elles ne sont pas destinées à refléter les exigences liées à la représentation graphique des dessins ou modèles communautaires enregistrés. Ces exigences, qui ont pour but l’enregistrement des dessins ou modèles communautaires, peuvent être consultées dans les directives de l’EUIPO sur les dessins ou modèles.

Page mise à jour le 17-02-2020
Nous utilisons des cookies sur notre site web afin de consolider des fonctionnalités techniques améliorant votre expérience utilisateur. Nous utilisons aussi l’analyse. Cliquez pour obtenir plus d’informations
x